Study of Sonnets by Baudelaire

from French in Ann Arbor

Paris_fleurs
Description

Nous reprendrons notre lecture des "Chats' en situant ce sonnet dans un réseau d'asssociations avec d'autres textes (dont "Correspondances") .

Organizer
Marcel

I taught French literature at the University of Michigan between 1966 and 1994 and have a very dear memory of initiating my students to the often obscure language of poets of the 19th and 20th century. It was a very rewarding experience for them and also for me. Most people today do not know how to react to texts which seem absurd and yet deal with the most fundamental questions that we ask ourselves. You will hopefully leave this course having overcome your inhibitions in the face of poetry, whether French or not.

Steve_grenade

Occitan + Louisiane, New York, Ann Arbor Production/Advertising/Brands/Teach/Rugby/Foot (le vrai)/Tennis/Voitures de Course/Cassoulet/Piperade/Saucisson/Armagnac/Cinéma/BD/Roman Noir


Photo_on_2011-10-05_at_18.49

French teacher of French who love to share with others cultural topics from the francophone world.


Mijo%20in%20france

Teaching French is a passion and a hobby. But, my world would not be complete without my family, my friends, my garden, literature, music, knitting, movies and exercise!!!


Avatar

Born and raised near Paris, I am a French chef in Ann Arbor. I love sharing my heritage and the joys of a traditional French dinner experience. Looking forward to learning from other people's passion.


Comments

Please first sign up or log in to leave a comment

Marcel
Marcel Muller
about 4 years ago

Le chat
I
Dans ma cervelle se promène,
Ainsi qu'en son appartement,
Un beau chat, fort doux et charmant.
Quand il miaule, on l'entend à peine,

Tant son timbre est doux et discret;
Mais que sa voix s'apaise ou gronde,
Elle est toujours riche et profonde.
C'est là son charme et son secret.

Cette voix qui perle et qui filtre,
Dans mon fonds le plus ténébreux
Me remplit comme un vers nombreux
Et me réjouit comme un philtre.

Elle endort les plus cruels maux
Et contient toutes les extases;
Pour dire les plus longues phrases,
Elle n'a plus besoin de mots.

Non, il n'est pas d'archet qui morde
Sur mon coeur, parfait instrument,
Et fasse plus royalement
Chanter sa plus vibrante corde,

Que ta voix, chat mystérieux,
Chat séraphique, chat étrange,
En qui tout est, comme en un ange,
Aussi subtil qu'harmonieux!

- De sa fourrure blonde et brune
Sort un parfum si doux qu'un soir
J'en fus embaumé, pour l'avoir
Caressée une fois, rien qu'une.

C'est l'esprit familier du lieu;
Il juge, il préside, il inspire
Toutes choses dans son empire;
Peut-être est-il fée, est-il dieu?

Quand mes yeux vers ce chat que j'aime,
Tirés comme par un aimant,
Se retournent docilement,
Et que je regarde en moi-même,

Je vois avec étonnement
Le feu de ses prunelles pâles,
Clairs fanaux, vivantes opales,
Qui me contemplent fixement.

Baudelaire, Les fleurs du mal

Viens, mon beau chat, sur mon corps amoureux;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d'agate.

Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastique,
Et que ma main s'enivre du plaisir
De palper ton corps électrique,

Je vois ma femme en esprit. Son regard,
Comme le tien, aimable bête
Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

Et des pieds jusques à la tête,
Un air subtil, un dangereux parfum,
Nagent autour de son corps brun.

Baudelaire, Les fleurs du mal

Correspondances

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent,
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
- Et d'autres corrompus, riches et triomphants,

Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjouin et l'encens,
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

Baudelaire, Les fleurs du mal

Avatar
Brigitte Romero
about 4 years ago

Merci, Marcel, d'avoir mis ces poemes de Baudelaire a notre portee. Quel plaisir de pouvoir les lire et et surtout les lire a un moment ou je n'avais pas du tout prevu de lire de poesie. Merci de rallumer de bons souvenirs de cours de poesie sans que j'ai besoin de me deplacer et chercher le livre dans ma bibliotheque. Brigitte

Please first sign up or log in to leave a comment

Newsletter sign up

Sign up for our newsletter to get updates!


Follow us
HourSchool, Inc. 2013
Aspire to inspire from the heart of Austin, Texas